Documentaire « La clef des terroirs » : les coulisses du vin en biodynamie

documentaire la clef des terroirs tonneaux vin biodynamie

Du terroir aux caves, le documentaire de Guillaume Bodin « La clef des terroirs  » nous fait suivre les parcours de vignerons passionnés qui ont trouvé dans la biodynamie l’expression de leurs valeurs et de leur amour de la terre, avant même la quête du goût à partager.

Comprendre la biodynamie : pour que « la terre accueille le ciel »

Pour faire un bon vin, il faut un bon terroir. Or, un bon terroir évolue naturellement au fil du temps. C’est à l’homme de respecter l’évolution des sols et des organismes qui le composent et le font vivre, selon la nature envisagée dans sa totalité. Face à l’agriculture conventionnelle, la biodynamie a repris des techniques éprouvées par le passé. La réintroduction du cheval de trait par exemple ainsi que le traitement des vignes par des tisanes ou la fameuse bouse de corne. On apprend que c’est Steiner, philosophe et pédagogue ayant donné son nom aux célèbres écoles alternatives, qui est à la base de la biodynamie. Ses disciples, de nos jours, sont nombreux, dans tous types d’agricultures, dont la viticulture. La biodynamie rend une expression plus fine, plus précise, plus sensible du terroir, dans l’esprit de ceux qui le travaillent.

Du sarment à la bouteille

grappe de raisin _ Pexels Nombre de cépages (variétés de vignes) ont évolué à travers un patrimoine acquis au long des siècles. Des zones géographiques ont été ainsi sélectionnées pour les vins blancs ou les vins rouges. La visite commence par les vignes, paysages séduisants qui renferment une histoire. L’enjeu pour le vin élevé en biodynamie est de retrouver le sens de l’homme à sa terre. Son amour mais aussi son esprit, bref, ses valeurs qu’il y aura transmises. Au regard des soins à fournir, de la plante jusqu’au vin à maturation, soufre (antiseptique et antioxydant) et sulfate de cuivre (la fameuse bouillie bordelaise) sont tolérés en agriculture biologique. Tandis que les tisanes de pissenlit, la prêle ou l’ortie sont utilisées pour renforcer le système immunitaire de la plante. Voir ce documentaire, c’est comprendre l’implication indéfectible de tous ces vignerons lorsqu’ils parlent de leur terre et de leur vin.

L’alchimie sous la main de vignerons passionnés

Faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux est un atout indispensable. Les Bret Brothers, dans les collines du Mâconnais, Olivier Jullien dans le Languedoc, Thierry Germain dans la Loire et d’autres encore travaillent manuellement le plus possible. Richard Leroy, lui, raisonne selon une méthode empirique. C’est son estimation sensible, d’après l’aspect général du raisin, qui lui conseille les proportions de soufre à intégrer. Ou pas, car certains de ses millésimes s’en voient totalement dispensés. Thibault Liger Belair pousse son exigence jusqu’à superviser la fabrication des tonneaux pour son vin auprès du tonnelier, de la coupe des arbres jusqu’à la fabrication finale. Exigence dont on ne peut que lui rendre grâce puisqu’elle nous est offerte dans la dégustation du produit final. A nous maintenant, public, pour la joie de nos papilles, de saluer un tel aboutissement. A partir de ce que les vins élevés en biodynamie peuvent montrer de leur robe, libérer d’arômes, tantôt en force, tantôt en douceur, mais vers toujours plus d’équilibre et d’harmonie, pour le plaisir de nos sens, nos sensations et nos émotions.

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *