Chronique du film « Demain » : un monde plus vert est possible

« Demain » est de ces films qui nous font espérer à nouveau. Face au déclin annoncé de notre civilisation, ce long-métrage de Cyril Dion et Mélanie Laurent nous emmène à la rencontre d’hommes et de femmes en mesure de créer un « autre » monde, respectueux de la nature et du genre humain.

D’un constat alarmant vers de vraies solutions

J’ai eu l’occasion d’aller voir au cinéma, le film de Cyril Dion et Mélanie Laurent, « Demain » sorti fin 2015. J’avais hâte d’assister à cette projection, ne sachant comment passerait le message à propos d’un discours de fond de plus en plus familier pour ma part. Dans la file d’attente, pour combler celle-ci, je devais chercher inconsciemment sur les visages d’un public venu nombreux, les motivations et les interrogations des uns et des autres. Puis le film débute. Il évoque d’emblée une étude de 2012 par des chercheurs, Anthony Barnosky et Elisabeth Hadly, annonçant la disparition d’une partie de l’humanité en 2100. Constat alarmant dès lors qu’on apprend qu’il ne nous reste plus que 20 ans pour mettre en place des actions contre le dérèglement climatique et la réduction des ressources. Agriculture, énergie, économie, démocratie et éducation sont les différents chapitres de ce film qui nous fait découvrir des citoyens qui changent le monde à leur échelle grâce à des initiatives courageuses et porteuses d’espoir.

Des exemples concrets pour un monde nouveau

initiatives_film DemainLe film nous emmène aux quatre coins du globe à la rencontre d’hommes et de femmes qui ont décidé de devenir acteurs d’un tel changement. Parmi ces exemples, « Demain » nous fait découvrir l’action des Incroyables Comestibles née dans un petit village d’Angleterre qui prône la culture de fruits et légumes dans les espaces verts des villes, l’opération Zéro Déchet à San Francisco où près de 80% des déchets sont recyclés, l’exemple de la permaculture dans une petite ferme de Normandie dont la production biologique offre un rendement extraordinaire. Citons encore cette usine d’enveloppes dans le Nord-Pas de Calais avec une démarche raisonnée de bout en bout qui force le respect, le succès du vélo à Copenhague, l’autonomie énergétique de l’Islande, le modèle éducatif finlandais ou l’exemple des monnaies locales qui favorisent le commerce et les transactions à petite échelle. Les témoignages de figures emblématiques comme Pierre Rabhi ou Vandana Shiva viennent appuyer et illustrer le message du film.

« Demain », un film qui fait du bien

Ce long-métrage fait le choix d’un message non alarmiste, permettant de voir le bon côté des choses, de s’occuper plutôt du « verre à moitié plein ». Cette façon de mettre un coup de projecteur sur ces initiatives positives n’est pas sans rappeler le principe de la Communication Non Violente. C’est avant tout une belle façon de faire passer des messages forts, notamment de montrer que devenir acteur de ce projet mondial peu commencer chez soi, pour chacun, à un niveau local. Je suis sortie de cette séance de cinéma le cœur léger, pleine d’énergie. Je me suis sentie connectée avec les autres spectateurs, dont beaucoup semblaient, sinon déjà convertis à des pratiques écologiques dans leur vie au quotidien, fortement sensibles. Le film fini, j’avais l’impression d’être en lien avec ces inconnus qui enfilaient leurs manteaux ou me tenaient la porte pour quitter la salle de cinéma. On aurait dit que le film avait insufflé un véritable élan de solidarité dans le public. J’ai entendu des réflexions comme « Au boulot ! » ou « Par quoi en commence ? » qui font espérer à nouveau. « Demain » est un film incontournable selon moi, à faire connaître surtout à tous les résignés, les sceptiques, ou simplement les ignorants, pour leur prouver qu’un autre monde est possible.

1 Comment

  1. Pingback: Liebster Awards 2017 : Se mettre au vert nominé ! - Se mettre au vert

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *